CONCOURS HAPPY FLOREA

  • CatĂ©gories : Concours, Habitat
  • Type de mission : Conception
  • Nombre de logements : 97
  • SDP : 5300 m2
  • Livraison : CONCOURS
  • Localisation : Montpellier (34)
  • MaĂ®tre d’ouvrage : ICADE et DUVAL

Pour ce projet, notre partie pris appréhende les particularités du site et dégage les points structurants intégrés dans la conception de ce nouvel îlot urbain de la ZAC Rive Gauche devant accueillir une résidence sénior.

Comme dans tout projet urbain, plusieurs Ă©chelles sont perceptibles :

L’échelle du quartier, exercice difficile que de s’insérer et de se démarquer en respectant la fiche de lot directive tout en répondant à un tissu urbain composé d’objet architectural remarquable. L’avenue Raymond Dugrand est un manifeste d’architectures urbaines lié par une composition cohérente et rigoureuse. Notre proposition architecturale devra participer à cette « skyline » Montpelliéraine qui se construit au fil du temps et que l’on appréhende déjà très bien depuis l’autoroute A709 au Sud.

L’échelle de l’îlot, dans le cadre de ce projet à forte connotation sociale et intergénérationnelle. Comment renforcer cette évidence de programme entre une école, une résidence étudiante et une résidence sénior ?

L’échelle du passant, pour qui cet ensemble doit faire partie de cette vision cohérente et qualitative depuis le sol. A ce titre, l’animation du socle, les transparences et la gestion des liaisons intérieures / extérieures est primordiale.

L’échelle du résident, usager habitant, pour qui le bâtiment renvoi à cette notion fondamentale de « l’habitat ». A l’inverse de la résidence étudiante, ce projet s’adresse à une catégorie de personnes ayant forcément déjà vécue un parcours résidentiel. Aussi, le projet doit pouvoir proposer une qualité de service, d’usage urbain, de vie, compatible avec des personnes avançant dans l’âge et qui vivaient précédemment dans de plus grands logements, parfois en maisons. La conception, la bonne transition, des espaces entre parties privatives et parties communes sont des points majeurs du projet.

Fort de ces critères identifiants, le parti pris architectural a proposé de lier cet ensemble autour une démarche « Biomimétique ».

Le Biomimétisme désigne un processus qui s’inspire des formes, matières, propriétés et fonctions du vivant. Ce processus conceptuel vise à l’émergence de solutions inspirées de la nature.

La démarche privilégie des « choix éprouvés » par la nature, dans le cadre d’un développement durable en meilleur harmonie avec l’environnement et soutenable à long terme.

Nos différents échanges au sein de l’équipe Promoteur / Architecte ont fait germés l’idée de la « ruche ». A la fois pour l’image collective de l’alvéole et la richesse formelle structurante qui en découle, mais également pour toute la partie sociétale et organisationnelle que véhicule l’abeille.

« L’alvéole » et plus particulièrement sa forme en hexagone sera donc le fil rouge formel liant le projet. L’hexagone est depuis longtemps un élément retranscris du milieu naturel qui trouve une expression technique, technologique et artistique dans notre vie quotidienne. Cette représentation formelle présente une grande efficience : de la maille d’un grillage, à grille d’une calandre de voiture, au maillage d’un caddie de supermarché, à la forme d’un écrou ou encore sur les ballons en tout genre… Cette forme est récurrente tel un module qui se juxtapose avec une logique rigoureuse pour former un ensemble.

A travers, les orientations indiquées par la fiche de lot, nous avons déclinés trois principes sur l’organisation fonctionnelle et esthétique du projet :

  • 1 / Le socle actif aux niveaux du rez-de-chaussĂ©e et du premier Ă©tage
  • 2/ La ruche (Ă©tages courants) avec les alvĂ©oles visibles structurant la façade
  • 3/ Le toit vĂ©gĂ©tal, espace ouvert sur le panorama de Montpellier